Carénage expliqué ...

Libellés:


Mon cousin Luc me pose une question tout-à-fait pertinente sur Facebook.  Est-ce qu'il faut faire ces travaux de carénage très souvent?

Il y a plusieurs facteurs à considérer pour répondre à la question mais le facteur principal est sans contredit le niveau de tolérance du propriétaire!  On voit malheureusement ici et dans les îles en général beaucoup de bateaux en manque terrible d'amour!  Nous qui venons de bassins de navigation d'eau douce où les bateaux sont à toute fin pratique toujours nickel, on a tendance à vouloir garder ce même état de chose.  Et il faut le dire, on aime notre bateau avec un grand A.

Ceci étant dit, le bateau était à l'eau depuis avril 2012, donc environ 15 mois.  Il faut aussi dire que dans cette eau salée à 28ºC très riche en nutriments de toutes sortes, toute surface est immédiatement entreprise par la faune et la flore aquatique, question de reconquérir ce que l'homme a essayer de s'approprié.  Et ce, malgré une couche de peinture antisalissure (antifouling) qui malheureusement avait pratiquement disparue sur les zones plus exposées comme la ligne d'eau et les arêtes avants de la quilles et de la proue.  À titre d'exemple de la croissance de la vie aquatique, après 2 semaines de sédentarisme près de l'île Calivigny, la portion de la chaîne de l'ancre entre le fond et la surface avait une chevelure vivante lui donnant un diamètre de 4 pouces!  Les zones où la peinture s'était amincie nécessitaient un grattage fréquent en apnée, travail plus ou moins attrayant malgré que la baignade reste toujours rafraîchissante.

Autre facteur, j'avais des égratignures sous la ligne d'eau au niveau de la proue depuis la mésaventure des très forts vents contre forts courants de marée aux îles Biminis aux Bahamas en décembre dernier.   Le nez avait été un peu écorché par le crochet de chaîne d'ancre alors que ces courants et vents fort nous faisaient tourner comme des malades autour de l'ancre.  Il s'avère qu'après évaluation à sec, les écorchures n'allaient pas plus loin que le gelcoat et ce soir tout est remis à neuf avec des retouches d'interprotect et déjà une couche de peinture.

Nous continuerons demain avec au moins une autre couche de peinture et nettoyage et cirage de la portion de la coque hors de l'eau.

Pendant que tout cela se trame, la prochaine tempête tropicale, déjà nommée, Erin,  s'en vient tranquillement vers nous.  Pas de trouble, elle est encore à au moins une semaine de nous et devrait comme toutes les autres nous éviter au nord!

1 commentaires:

Sylvain B a dit...

On va se coucher un peu moins «niaiseux»! ;-) merci!

Publier un commentaire

Prévisions Météo